Un après-midi au sauna L’Atlantide

4.2/5

Catégorie :

Tags : - - - -

Chapitre : 1

Je vais essayer de vous relater un après-midi type au sauna L’Atlantide, établissement que je fréquente depuis plus de dix ans, à raison de deux ou trois visites par an. Cela risque d’être assez difficile, car à chacune de mes visites, c’est différent, en fonction de mon état d’esprit et des personnes présentes.

Il existe de nombreux saunas gays à Paris et aussi des saunas mixtes libertins, mais à ma connaissance, c’est le seul sauna mixte bisexuel. Le rez-de-chaussée est plutôt réservé aux hétérosexuels et le sous-sol aux homos, mais en fait, il n’y a pas de véritable frontière.

J’y suis allé deux fois accompagné d’une copine qui voulait voir comment ça se passe dans ce genre d’établissement. Elle s’est contentée d’être spectatrice. Mais, en ce qui me concerne, je préfère y aller seul et pas en spectateur.

L’Atlantide se situe à proximité de la gare de Lyon, dans une rue relativement calme

J’aime arriver assez tôt dans l’après-midi, avant l’affluence.

Après avoir poussé la porte extérieure, je me retrouve dans un sas d’accès, avec sur la gauche le guichet de réception. Je paie le droit d’accès, assez raisonnable et la deuxième porte est déverrouillée.

J’accède alors au bar du sauna. On me délivre une serviette et une clé de vestiaire munie d’un porte-clé, dans lequel se trouve un préservatif et une dose de gel lubrifiant. Comme vous le verrez plus tard, ce gel ne sert pas aux massages du corps. De nombreux distributeurs en proposent d’autres, en cas de besoin.

Le vestiaire n’est pas très intime, il se trouve dans le couloir du rez-de-chaussée qui mène d’un côté, au hammam, au sauna nordique et à la salle vidéo, de l’autre au bar et à l’escalier d’accès au sous-sol, l’antre homosexuelle. Toutefois, une pièce fermée par un rideau est réservée aux femmes et aux travestis.

Après avoir rangé mes vêtements dans un casier et noué ma serviette autour de la taille, je me dirige dans le fond du couloir, vers la salle vidéo.

Plusieurs hommes sont assis sur les banquettes et regardent un film X hétéro.

Je m’assieds aussi, ce qui se passe à l’écran m’intéresse peu, je regarde plutôt ce qui se passe sous les serviettes des spectateurs, en me caressant. Des coups d’œil sont échangés. Je tente de caresser mon voisin, il se laisse faire. Son sexe est gros et bien raide. Je me mets à genoux devant lui et le suce avec plaisir, son sexe rempli bien ma bouche. Je tourne bien ma langue autour de son gland, c’est doux et très agréable.

Après plusieurs minutes, il me fait comprendre qu’il souhaite me prendre. J’enfile un préservatif sur sa verge bien raide, j’ouvre le sachet de lubrifiant et je me prépare à la pénétration. Prudent, vu sa taille, j’enduis également son sexe.

Je me tourne et m’offre complètement. Je sens son sexe qui cherche son chemin contre mes fesses. Je le saisis et l’approche doucement de mon anus, je ne veux pas qu’il me fasse mal, il me semble vraiment très gros. Je décide de l’introduire à ma vitesse. Je m’appuie doucement sur son sexe, je sens son gland pénétrer. Je fais des petits va et vient progressifs, il s’enfonce peu à peu en moi jusqu’à ce que je sente ses couilles contre mes fesses, ça y est il est complètement en moi.

Il prend maintenant la direction des choses, il s’enfonce de plus en plus fort en moi. Il ressort entièrement pour s’enfoncer à nouveau entièrement à grands coups, mon plaisir est intense.

Plusieurs hommes ce sont approchés et me présentent leur sexe à sucer, je ne sais plus où donner de la bouche.

Mon partenaire, me demande de me retourner et de me mettre sur le dos, sur la banquette, pour me prendre par devant. Je lève les jambes et j’écarte bien les cuisses, il me pénètre brutalement, il me donne des grands coups de butoir et jouit rapidement. Je me masturbe et j’éjacule en même temps. Les autres hommes s’approchent et se libèrent sur moi.

Un autre veut me prendre à son tour, il enfile un préservatif et il me pénètre à fond, il jouit rapidement. Un troisième prend sa place et me lime longuement. Je suis fatigué, j’ai besoin de souffler.

Je traverse le vestiaire dans l’autre sens, et j’emprunte un escalier en colimaçon qui mène au sous-sol, la partie réservée aux homos.

Une vidéo X gay est diffusée sur un écran face à une petite banquette, dans le fond on arrive au backroom, qui est une pièce en longueur, plongée dans le noir.

Je retire ma serviette et la mets autour de mon cou pour être plus à l’aise dans le backroom. Mes yeux ont du mal à s’habituer à l’obscurité et déjà, je sens des corps contre le mien. Des mains me caressent les fesses et le sexe. Je me laisse faire et je caresse à mon tour les sexes à ma portée. Il sont plutôt de dimensions modestes et appartiennent à des hommes trop ventripotents à mon goût, je préfère ressortir.

A la sortie, un beur m’attendait, il me présente son sexe en érection. Je me penche pour le sucer et il glisse ses doigts entre mes fesses, il me fait comprendre qu’il a envie de me prendre.

Il y a trois autres salles, une avec un miroir sans tain qui donne sur le backroom, une autre qui comporte une ouverture munie de barreaux qui donne sur la dernière pièce dans laquelle trône un sling, sorte de balançoire sado-maso. Nous choisissons la pièce aux barreaux, après avoir pris un préservatif et du gel lubrifiant dans un distributeur.

Je me mets à genoux sur le matelas, la tête appuyée sur mes avant-bras, mes fesses bien offertes. Il me pénètre brusquement et me défonce complètement à grands coups avec son gros sexe. Des hommes se sont attroupés de l’autre côté des barreaux et se masturbent en nous regardant. Mon partenaire jouit bruyamment, se retire et sort. Il m’a bien baisé, je ne l’intéresse plus.

Je remonte au rez-de-chaussée et je traverse à nouveau le vestiaire, sur la gauche, après la salle de douche, on accède au hammam, derrière une porte vitrée. Il n’est pas très vaste et lorsqu’un couple s’y trouve, il est rapidement saturé.

Pour le moment, trois ou quatre hommes sont assis ou allongés sur les bancs . Je retire ma serviette et m’assieds entre deux d’entre eux. Je jette un œil sur leurs sexes, ils sont assez conséquents et déjà dans de bonnes conditions. Je caresse les deux en même temps, je les sens durcir entre mes doigts. Je me mets à genoux et j’avale goulument le sexe de mon voisin de droite, tout en caressant celui de gauche qui se rapproche. Je change pour goûter à celui de gauche. Je passe ainsi de l’un à l’autre. Ils se mettent debout pour que je puisse les sucer en même temps, je dois ouvrir très grand ma bouche pour les avaler tous les deux. Après quelques minutes, ils se masturbent et se libèrent sur mon visage. Je sors pour aller me rincer sous la douche.

Après m’être séché, je vais me rhabiller. Je suis rassasié pour quelques mois, je peux rentrer chez moi avec des images plein la tête, pour quand je me masturbe.

Toutes mes visites ne sont pas aussi riches en rencontres que celle-ci, c’est une synthèse, mais toutes ces histoires ont été réellement vécues.

Par ailleurs, je ne parle pas du lieu de convivialité, il est possible de s’attarder au bar en buvant un café ou un thé, offerts, ou de profiter simplement du hammam ou du sauna.

Il est aussi plus agréable de regarder une vidéo X à plusieurs plutôt que seul, chez soi, devant son écran de télévision ou d’ordinateur.

De plus, je précise que l’établissement est très bien tenu, propre et qu’il sent toujours bon, ce qui n’est pas négligeable.

Histoires similaires

Les genoux de virginie

Les genoux de Virginie 11 C’était décidé, la semaine prochaine, avant que le trimestre ne soit terminé, Virginie irait voir Madame de Boisdorée pour  lui

Les genoux de virginie

Un vendredi soir, Claire devais dormir chez Madeleine comme cela arrivait de temps en temps. Après le dîner, elles devaient se laver. Madeleine et Claire

Les genoux de virginie

Les genoux de Virginie 9 Virginie ouvrit doucement la porte et alluma la lumière. Le spectacle ravit d’aise les trois fesseuses. –      

  • Chapitres
  • Top likes
  • Top vues