PLUS FORT S’IL VOUS PLAIT

3.72/5

Catégorie :

Chapitre : 1

Il s’accroche à son bras, elle lui touche le visage, sa voix douce lui donne des frissons dans le dos, comme régulièrement. Elle joue avec ses tétons une fois de plus, ils le blessent déjà un peu. Elle lui parle avec sa voix calme. Il devait se masturber devant elle et devait s’arrêter juste avant de jouir. Jouir était strictement interdit. En utilisant simplement toute sa force, il avait la capacité de le faire. Elle en savait beaucoup plus sur son corps qu’il n’en savait lui-même. Quand il ne restait plus que deux ou trois actions avant l’explosion, il a entendu son doux ordre : “Arrête !”

Il a failli hurler aussi fort que l’enfer, effaré, qu’une fois de plus il n’était pas capable d’avoir un orgasme. Il souhaite la goûter, mais son jeu vidéo avec lui n’est pas encore terminé. Il comprend qu’elle désire tout de lui. Si elle lui permettait de jouir après un inconfort presque illimité, il verrait des lampes de poche dans son esprit.

Cependant, il est accro à ce jeu vidéo dont elle a établi les règles. La fin abrupte de ses caresses déclenche ce battement dans ses reins, le haut de son pénis crie pour en avoir plus et toute sa bite, dure comme un roc, semble être attachée directement aux zones de ses mamelons. La torsion de ses mamelons envoie des battements dans sa bite et sa tête. Ce n’est pas vraiment douloureux, c’est de la pure luxure, mais d’une certaine manière, c’est angoissant. Il fait attention à sa voix : “Tu sens les ongles de mes doigts sur tes tétons ?”

“Ohhyess.”

“Ça fait mal ?”

“Non…”

“Tu veux que j’arrête ?”

“Ohhno, n’arrête pas !”

“Mais ?”

Il sait exactement quelle solution elle attend. Et il la désire aussi, non ? Mais malgré cela, il a peur. Et il sait ce qui l’attend.

Il presse les mots hors de sa bouche : “Plus fort s’il te plaît !”

Pas une seconde après que ces mots aient quitté ses lèvres, un coup extrêmement fort est donné de ses mamelons à ses reins. Bien que ça fasse très mal, il presse sa poitrine vers elle. Elle tourne les zones de ses mamelons, plus fort, toujours plus fort. Et elle reconnaît précisément jusqu’où elle peut aller.

Elle s’arrête. Mais son soulagement ne durera certainement pas longtemps car elle commence à couvrir sa bite difficile avec du jus d’ortie. Ensuite, ses testicules saillants sont liés. Enfin, elle dessine un préservatif limité sur sa bite tout en lui souriant.

Dans un mélange de gêne et de désir, il regarde son strap-on. Comme dans un mouvement lent, elle s’enfonce sur lui. Il sent son pénis en plastique bouger entre ses lèvres et baiser sa bouche d’esclave avide.

Soudain, elle se lève. Prenant une grande respiration, son souffre-douleur se balance devant elle.

Enfin, elle range le préservatif ortica.

Il respire profondément, mais elle ne lui laisse pas de répit. Au lieu de cela, elle s’empare d’une bougie allumée.

Elle laisse la cire chaude couler sur son corps, ses mamelons, sa bite dure.

Et il en redemande…

“Tu vas me lécher une fois de plus, aussi total et aussi long jusqu’à ce que je sois totalement satisfait de ton efficacité !”

Il est positif. Ce ne serait certainement pas la première fois qu’il lècherait sa chatte de porc jusqu’à ce qu’elle jouisse. Et il aime ça.

Mais pour le moment, il ne devrait pas le faire si facilement.

“D’abord, tu vas certainement lécher mon cul avec ta langue impure.

Ensuite, tu lécheras mon cul jusqu’à ma chatte. Ta langue découvrira mon arrière-train et le léchera de manière intensive. Comme je suppose que tu peux me chauffer un peu de cette façon, tu vas nettoyer ma chatte avec ta langue plus tard. Est-ce que j’ai été clair et net ?”

Il reconnaît tout mais ne peut pas le penser. Elle veut l’humilier complètement. Il va vraiment lécher l’ouverture de son cul et aussi après son jus de chatte.

S’il pouvait faire ça ?

A peine a-t-elle prononcé ses mots qu’elle lui met son petit cul en plein visage.

Cédant à son pouvoir sur lui, sa langue danse dans l’ouverture du cul de cette femme qui le contrôle.

“Ooohhh oui, au moins ça tu peux le faire, Mr. Petit Pénis ! Lèche mon ouverture jusqu’au bout !” Obéissant, il lèche de plus en plus fort entre les lèvres de sa chatte et de son anus.

En même temps, elle gémit de plus en plus fort. Comprenant qu’elle devient de plus en plus chaude, il baise sa chienne avec sa langue directement dans les deux trous.

Actuellement, son rectum est grand ouvert.

Bientôt, elle sent sa bite dure en érection au fond de son anus serré. Holy spunk, juste comment merveilleux est-ce ! Le lit semble être pratiquement endommagé vers le bas, il est grinçant et aussi se balancer sous leurs actions grandement. Elle presse son pénis dans son cul autant que possible. Cela fait vraiment mal, mais chaque pression envoie des frissons de plaisir de sa tête à ses orteils. Il essaie de baiser dans la direction de son cul en mouvement autant que possible. Maintenant, il a l’intention de pulvériser son sperme directement dans son anus, pour la toute première fois !

“Puis-je, puis-je gicler dans ton cul ?” gémit-il, loyal et effrayé par les effets.

“Non ! !!”

De façon inattendue, elle soulève son cul jusqu’à ce que sa bite sorte. Si seulement il ne lui avait pas demandé !

Une fois de plus, ses fesses descendent sur son visage. Pendant que sa langue loyale pénètre dans son arrière-cour en remplissant sa bite, elle ne peut résister à l’envie d’avoir ses lèvres enroulées autour de son bâton de douleur jusqu’à ce qu’elle goûte son propre jus rectal.

Cependant, avant qu’il ne jouisse, elle quitte le jeu : “Désolé, chérie, nous devons nous dépêcher. Tu sais que Nina et Cleo viennent pour une visite. Elles seront là dans quelques minutes. Sois un bon garçon et habille-toi tout de suite.”

Oh Spunk, comment a-t-il pu oublier ça ? Ses copines idiotes vont rester pour le week-end. Oui, elle l’en avait informé quelques semaines auparavant.

Quelques heures plus tard dans la soirée. Il ne peut pas se reposer et découvre Nina dans les toilettes. Nina est en train de prendre une douche et il est entré silencieusement dans les toilettes, la regardant et branlant sa bite négligée.

Il s’appuie sur le mur carrelé des toilettes, dos au mur, en massant sa bite qui dépasse de sa robe du matin ouverte.

Nina est penchée sous la douche, elle aussi dos au mur carrelé, et commence à laisser ses doigts caresser sa chatte savonnée. Elle ferme les yeux de plaisir, croyant encore qu’elle est seule dans la salle de douche sans que personne ne la regarde. Tandis que les gouttes d’eau continuent de rouler sur sa peau limitée, Nina s’attarde sur ses seins et les presse un peu l’un contre l’autre.

La simple vue de cette salope – qu’il méprise depuis le début – fait monter le sang dans son pénis de pierre. Elle est très probablement en train de fantasmer sur ce gars sexy du club de danse avec qui elle voulait parler mais qui n’a pas vraiment essayé de le faire une fois de plus. À la longue, c’est son erreur, bien sûr, mais ce n’est pas une nouveauté pour lui.

Les doigts de Nina continuent à frotter sa chatte de salope, à caresser tendrement les lèvres de sa chatte et à ouvrir finalement sa chatte de ce qui doit adhérer. Nina humidifie ses longs et minces doigts et commence à masser doucement son clitoris.

Il commande son prépuce avec le pouce et l’index, le tire légèrement vers l’arrière et concentre son attention sur le sommet écarlate de son pénis jusqu’à ce qu’il sente son jus monter.

Il réussit à envoyer sa charge contre la surface du mur sans qu’elle ne l’identifie. Il quitte silencieusement les toilettes.

Cependant, il n’en avait pas encore vu assez. Au fur et à mesure que la nuit avance, il se glisse dans l’espace visiteurs où Cléo devrait dormir. Mais elle ne l’est pas. Elle est réveillée et l’attend déjà.

Bientôt, elle est accroupie sur un siège devant lui, écartant ses grosses cuisses comme elle le peut. Comme hypnotisé, il regarde son paradis si ouvertement fourni. Il considère les lèvres gonflées de sa chatte et se demande si son idiot d’Harry lui a déjà donné comme il le doit et depuis combien de temps elle n’a pas obtenu une bite supplémentaire en elle. Lascivement, Cléo s’incline devant lui, sa main se déplaçant vers sa chatte étincelante. Au début, un, puis deux de ses doigts épais glissent à l’intérieur. Humide et aussi collante de son jus corné, Cléo glisse ses doigts dans sa bouche pour qu’il les lèche jusqu’au bout. Elle goûte à l’excitation pure.

“Tu as besoin d’une invitation composée ? En regardant ton bâton, je peux dire à quel point tu es excité ! Votre Sweetie n’a vraiment pas permis que vous en raison du fait que nous sommes en dessous de voir son, non ? Actuellement, interpose mes jambes, mets-toi à genoux et parfume ma chatte chaude !”

Sans aucune pitié, il fait tout ce que Cléo lui demande. Le bout de sa langue caresse son clitoris, il est accroupi sur le sol devant elle et l’apprécie avec engagement. Il fait de son mieux pour bien l’atteindre dans ce cadre, pressant son visage de plus en plus en détail et de mieux en mieux sur la fente frétillante de Cléo. Il est en train de transpirer et exige qu’elle s’empare de l’arrière de sa tête pour presser son visage sur sa chatte avide. L’idée de sa langue est en train de la rendre folle. Il sent à quel point chaque coup de langue la rend plus sauvage.

“Yeeesssssss, tirer ma perle ! N’ayez pas peur, je vais na vous permettre de me baiser rapidement, mais avant vous êtes na lécher moi jusqu’à ce que je jouis ! ”

Au même moment, Nina était entrée dans la chambre. Tout d’un coup, les deux salopes lui pressent le dos contre le sol en ouvrant sa robe.

Impuissant sous le pouvoir de ces deux salopes, il devient de plus en plus excité tandis que son Willie s’étend haut et fort.

Puis Nina, nue, se penche sur lui et lui demande : “Viens, petit voyeur excité, lèche ma chatte jusqu’à ce que j’aie envie de faire pipi.” Elle lui prend la tête entre ses jambes jusqu’à ce que sa langue pénètre profondément dans sa chatte fraîchement baignée.

Il hésite, sa bite va se briser en morceaux tant il est excité. Insatiable, il lèche le cul humide de Nina, goûte les lèvres de sa chatte pendant que Cléo se caresse en les voyant.

Finalement, il écarte ses lèvres qui recouvrent la chatte de Nina tout en enfonçant sa langue le plus profondément possible dans son pharynx humide. Instantanément, Nina se met à crier : “Baise-moi avec ta langue, j’ai envie de faire pipi !” Et en ce moment, sa montée en puissance se dirige directement vers sa bouche. Elle semble avoir intoxiqué beaucoup de café et un peu de vin mousseux …

Comme Nina s’est entièrement vidée dans sa bouche, elle finit par s’éloigner de lui. Peu après, il a vraiment l’impression de s’être retourné pour se retrouver sur le ventre.

Nina lui crie : “On m’a déjà mieux léché auparavant !” De même qu’en ce moment, il sent vraiment les coups de marteau sur son cul. Les coups de cravache de Nina tapent fort et vite sur ses fesses. On peut à peine entendre son halètement agonisant. Le fouet lui transperce les fesses et il imagine les traces que les coups de Nina laissent sur ses fesses. Comment pourra-t-il se reposer sur sa chaise de travail lundi ?

Mais cela n’a pas d’importance pour le moment. Les femelles sauvages l’ont totalement maîtrisé. Tout à coup, il entend le son d’un appareil photo numérique.

Ce doit être sa petite amie Sabrina qui prend des photos de lui. S’il te plaît, juste pour son usage personnel ! Il essaie de se détourner mais ne parvient pas à le faire. Les coups de fouet incessants qui frappent sa chair étouffent toute velléité de fuite avant qu’il ne commence vraiment. Ses gémissements deviennent de plus en plus forts, son corps est maintenant couvert de sueur. “Maintenant, regardez comment notre petit porcelet transpire !” Cléo a l’air impitoyable ! Avec soulagement, il constate que les coups de Nina diminuent et s’arrêtent enfin totalement. Silence. Des doigts doux touchent son popotin maltraité. Mais ces doigts – ils doivent être recouverts de latex ! Nina porte des gants ! Mais pourquoi ? Après cela, il sent le doigt qui s’enfonce dans sa fracture douloureuse. Son préposé – ou peut-être n’était-ce pas le sien ? – frotte sur les zébrures de son cul. L’inconfort le fait siffler. Une autre paire de mains déchire ses fesses. Un doigt recouvert de latex pénètre profondément dans son rectum.

Et après cela, Nina a sa main droite complètement dans le cul de Martin. Sa longue progression et son dos le rendent pratiquement fou. Son zob est dur comme jamais auparavant, Sabrina l’entoure de ses doigts. Le pouce de Nina rejoint ses doigts. Martin essaie frénétiquement de s’enfuir, mais Sabrina ne le laisse pas faire. Finalement, le poing de Nina se glisse entièrement dans le cul de Martin. Pendant une minute, elle ne bouge pas, avant de commencer à appuyer d’avant en arrière. Ses sentiments sont accablants. Entre ses poussées, Nina transforme sa petite main, souvent vers la gauche, mais aussi vers la droite. Au même moment, Sabrina attire son pénis, avec beaucoup de précautions, ses lèvres l’acceptent et le bout de sa langue danse sur son gland, tandis que Cora continue de caresser la petite chatte trempée de Sabrina. Tout cela se passe pendant que Nina continue de fister Martin sans aucune pitié. Martin n’a plus la possibilité de se retenir.

Sans penser aux répercussions, il envoie ses lots dans la bouche de Sabrina.

Histoires similaires

Les genoux de virginie

Les genoux de Virginie 11 C’était décidé, la semaine prochaine, avant que le trimestre ne soit terminé, Virginie irait voir Madame de Boisdorée pour  lui

Les genoux de virginie

Un vendredi soir, Claire devais dormir chez Madeleine comme cela arrivait de temps en temps. Après le dîner, elles devaient se laver. Madeleine et Claire

Les genoux de virginie

Les genoux de Virginie 9 Virginie ouvrit doucement la porte et alluma la lumière. Le spectacle ravit d’aise les trois fesseuses. –      

  • Chapitres
  • Top likes
  • Top vues