OUT N’EST PAS UNE RÉPONSE

4.12/5

Catégorie :

Chapitre : 1

C’est une agréable soirée d’été, le soleil vient de se coucher, développant une agréable lumière rose qui charge les fenêtres de toute la maison. Je suis debout dans la cuisine, me préparant une collation.

Je sens que tu te promènes derrière moi, mais je fais semblant de ne pas entendre tes actions silencieuses. Vous me soutenez, et je sens aussi votre souffle chaud sur mon cou.

“Où étais-tu ?” tu chuchotes à mon oreille.

“Dehors.” Je dis avec un simulacre de manque de connaissance. Je sais que la réaction suscitera certainement ton intérêt.

Tu enroules ta main autour de la mienne et tu retires la lame de ma main pour la déposer délicatement dans l’évier à ma gauche. Je vous sens vous presser contre mon dos.

“Pensez-vous que c’est une réponse appropriée ?” Vous dites, une dureté dans votre voix qui fait battre ma chatte.

“Non.” Je dis doucement.

“Non, quoi ?” Vous dites avec un sifflement.

“Non, monsieur. Ce n’était pas une réponse appropriée.”

“Beaucoup mieux. Actuellement, où étiez-vous ?”

Je prends une inspiration et tente de répondre avec assurance, murmurer ne fera que vous énerver.

“J’étais avec des dames du travail. Nous sommes allés dîner et avons pris une boisson.”

“C’est beaucoup mieux. Vous m’avez fait comprendre ?”

“Non, monsieur.”

“Et pourquoi pas ?”

“J’ai juste négligé, monsieur.” Je respire difficilement pendant que vous m’examinez.

“Vous avez beaucoup négligé de vous souvenir ces derniers temps. Tu as oublié de me dire quand tu rentres tard, tu as oublié de me dire quand tu attends des affaires, tu as oublié de demander l’autorisation d’avoir un orgasme. Oui, ne supposez pas que j’ai oublié de me souvenir. Je t’ai dit que tu serais pénalisé, et je pense aussi que ce soir est comme tous les autres.”

Tu me fais pivoter approximativement. “Va dans l’espace. Déshabille-toi. Complètement. Après ça, baisse-toi devant le lit jusqu’à ce que je rentre.”

Je comprends mieux que de suggérer. “Oui, monsieur.” Quand vous relâchez votre prise sur mes épaules, je me précipite vers la chambre.

Je fais exactement ce que vous me dites. Je m’agenouille sur le sol pendant ce qui semble être des heures, mais ce n’est en fait que quelques minutes. Ma chatte dégouline le long de mes cuisses. Je me rends progressivement compte à quel point je suis humide, même en attendant simplement que vous arriviez.

Vous entrez juste au moment où mon jus roule le long de ma jambe et aussi sur le sol. “Mon Dieu, tu es une petite salope, n’est-ce pas ? Je suppose que tu es encore plus excitée que tu ne dois l’être pour ta pénalité ce soir.”

Vous vous dirigez vers l’armoire où nous gardons tous nos jouets. J’apprécie que vous sortiez deux butt plugs et aussi une pagaie en bois de l’armoire. Vous les posez sur le lit derrière moi.

Tu te tiens devant moi. Je regarde avec avidité comme vous défaire votre ceinture ainsi que de permettre à votre jean sont jusqu’à la parole.

“Ouvrez.” Tu dis candidement. Ma bouche me trahit et s’ouvre avant que je n’aie le temps de penser. Votre pénis remplit ma bouche.

“Tirez.” Tu dis, comme si je ne comprenais pas vraiment quoi faire avec ton pénis dans ma gorge. Je lèche, suce et embrasse ton pénis pendant un long moment. Tu ordonnes mes cheveux et les dessine pendant que je te suce. Je peux dire que tu es sur le point de jouir à cause des gémissements profonds qui s’échappent de ta gorge, mais tu n’as pas fini avec moi ; tu sors de ma bouche.

“Assez. Lève-toi.” J’obéis sans tarder. “Penche-toi sur le côté du lit.” Je pose le haut de mon corps sur le bord du lit, le cul en l’air. Je me concentre sur l’écartement de mes jambes ainsi que sur l’élévation de mes fesses selon vos préférences. Si je ne le fais pas correctement, je reçois des coups rapides sur mes cuisses.

“Excellent.” Vos louanges remplissent mon esprit, mais sont rapidement changées par une claque sur mes fesses. “Reste tranquille.” Vous dites. “Je vais probablement te réchauffer d’abord.”

“Merci, monsieur.” s’échappe de mes lèvres avant la première claque sur mes fesses. J’essaie de me concentrer uniquement sur la sensation de votre main qui descend sur ma base, mais ça finit par être beaucoup trop. Je commence à avoir une respiration sifflante, et mes halètements se transforment en gémissements qui se transforment en gémissements de douleur et de plaisir.

“Restez tranquille et nous aurons vite fini.” Je fais de mon mieux pour rester immobile pendant que vous poursuivez votre assaut sur ma base. Je compte 10 coups de plus dans ma tête avant que vous ne commenciez à frotter mes fesses.

“Bonne dame”. Vous ronronnez. “Tu l’as si bien pris.” Tu masses mon cul pendant une minute de plus avant d’atteindre le lubrifiant dans notre table de chevet. Je comprends ce qui va suivre. Tu presses ton doigt lubrifié contre mon cul. Il est ensuite changé par le plus petit bouchon de cul en silicone. “Détendez-vous”, réglez-vous. Je sens qu’il étire mon cul et je gémis, mais il entre rapidement après un moment.

“Je vais te donner des coups de pagaie. Combien pouvez-vous en prendre ?”

“Umm, 16, monsieur ?” Je dis, pas très clair. Ma tête est embrouillée par la pleine sensation venant de mon cul.

“C’est une question ? La quantité que vous pouvez prendre ?” Vous exigez plus brutalement.

“Je peux en prendre 16, monsieur.” J’affirme, avec beaucoup d’assurance. Je ne suis toujours pas sûr de pouvoir supporter 16 gifles sur mes fesses douloureuses. J’ai failli changer d’avis, mais vous reprenez la parole.

“Bien”, dites-vous. “Je veux que tu les comptes, et après chacune d’elles, remercie-moi.”

“Oui, monsieur.”

La première gifle frappe ma base douloureuse. “Une, merci, monsieur !” Je crie.

“2, merci, monsieur.”

Onze autres claques s’abattent sur mon cul. A chaque gifle, je sens vraiment le bouchon du cul se déplacer un peu. Ma chatte coule toujours. Je peux percevoir une petite flaque qui se crée en dessous de moi.

“Quatorze, merci, monsieur.” À ce stade, je pleure ainsi que mon comptage devient des sanglots silencieux.

“Quinze, merci, monsieur”, je serre les dents.

“SEIZE ! Merci. Monsieur.” Je crie ce dernier chiffre, soulagé que cette punition soit terminée.

Vous êtes au bord du lit et me tirez sur vos genoux. Je respire lourdement. Vous parlez calmement, “tu t’es bien débrouillé. Je me vante de toi. Tu as si bien fait.” J’aime ton appréciation, mais mes fesses sont chaudes et me piquent aussi.

Au bout de quelques minutes, vous remuez le bouchon dans mon cul, m’informant que cette punition n’est peut-être pas terminée.

“Il est temps de procéder, salope.” Vous dites, presque affectueusement.

“Oui, monsieur.”

“Mets-toi à quatre pattes sur le bord du lit.” Vous ordonnez le plus gros plug.

Vous vous tenez derrière moi, frottant mon cul. Tu commandes la prise dans mon cul. “Mettez-le ici” vous dites, en tirant légèrement. Je le sens se gonfler, favorablement pour être sincère. Je sens une pointe lubrifiée appuyer contre mon trou du cul une fois de plus, le plug suivant. Vous continuez à l’enfoncer dans mon cul tandis que je gémis et m’étire.

“Excellent” vous dites comme il se résout en place. “Veux-tu être baisée maintenant, salope ?”

“Oui, s’il vous plaît, monsieur” je réponds, aussi rapidement.

“Tu vas devoir plaider” tu dis juste.

“S’il vous plaît, monsieur. S’il vous plaît, baisez-moi. Je veux ta bite dans ma chatte, monsieur. S’il te plaît.” Je continue ma demande pendant simplement un moment avant que vous ne réduisiez mon off.

“Pénalité, si vous pensez que vous en avez besoin. Mais tu me demandes l’autorisation avant de jouir, tu comprends ?”

“Oui, monsieur.”

“Dites-moi ce que vous allez faire.”

“Je vais vous demander la permission d’avoir un orgasme, monsieur.”

“Excellent”, dites-vous. Je sens ta bite à l’idée de ma chatte. Comme vous poussez votre bite dedans, je gémis “oui, s’il vous plaît”. Vous commencez progressivement, en me taquinant. Je sens le bouchon s’agiter dans mon cul, et aussi que je suis chargée. Après cela, vous me baisez pour de bon. Je crie et je hurle. Les sons qui sortent de ma gorge sont loin d’être humains. Ce sont des sons primitifs de jouissance intense.

“Puis-je. . . Toucher mon… Clitoris, monsieur ?” Je prends soin d’émettre un sifflement.

“Oui, salope.”

Je frotte mon clitoris doucement au début, mais le mouvement de la baise rend cela difficile, alors je prends trois doigts et je frotte sévèrement mon clitoris.

“Tu peux jouir avec moi, salope ? Tu peux faire ça ?” Tu gémis.

“Oui, monsieur. S’il vous plaît, monsieur, puis-je vous inclure ?”

“Oui. Prête ?”

Encore quelques poussées et un moment de plus à masser mon clitoris.

“Jouis.” Vous commandez.

Et je le fais. Je jouis fort sur ton pénis, en extrayant chaque goutte de ton merveilleux orgasme.

Au bout d’une minute, tu retires délicatement le bouchon de mon cul et tu masses mon cul encore rouge et douloureux. Quand tu m’as nettoyé, tu t’es effondré sur le lit à côté de moi.

“Merci”, je prends une inspiration en me blottissant contre toi.

“Merci à toi”, tu siffles. “S’il te plaît, sors demain et ne me préviens pas.”

Nous dormons dans les bras l’un de l’autre alors que notre respiration ralentit.

Histoires similaires

Les genoux de virginie

Les genoux de Virginie 11 C’était décidé, la semaine prochaine, avant que le trimestre ne soit terminé, Virginie irait voir Madame de Boisdorée pour  lui

Les genoux de virginie

Un vendredi soir, Claire devais dormir chez Madeleine comme cela arrivait de temps en temps. Après le dîner, elles devaient se laver. Madeleine et Claire

Les genoux de virginie

Les genoux de Virginie 9 Virginie ouvrit doucement la porte et alluma la lumière. Le spectacle ravit d’aise les trois fesseuses. –      

  • Chapitres
  • Top likes
  • Top vues