L’histoire du hentai

images hentai

Tout au long de l’histoire, le hentai a été l’une des plus grandes catégories à avoir jamais existé grâce à sa popularité sans cesse croissante. Il n’est pas surprenant que cette catégorie soit probablement l’un des genres les plus cruciaux qui aient jamais existé dans l’histoire de l’anime, car elle intègre des individus non seulement au Japon, mais aussi dans le monde entier. La majorité des gens considèrent le hentai comme un élément supplémentaire parmi les bizarreries du Japon.

 

Une histoire rapide du Hentai – Le début

Même s’il n’existe pas de preuves suffisantes pour justifier le début spécifique du hentai, ses premières traces peuvent être datées du 16ème siècle où il a pris la forme du Shunga. On pense que le shunga, une sorte d’art sexuel japonais, existe depuis la période Heian (704 AD-1185 AD) sous une forme ou une autre. Du 16e au 19e siècle, les emplois du shunga ont été soumis par le shogun, en particulier lorsque l’édition est devenue beaucoup plus populaire au cours de la période Edo (1603-1868).  Le shogunat Tokugawa ciblait des tâches spécifiques à censurer telles que le christianisme, les critiques du shogunat et les informations sur les tâches du clan Tokugawa.

Cependant, l’édition a fini par être plus difficile en raison des réformes Kyoho. Les réformes kyoho étaient une série de plans financiers et culturels introduits par le shogunat Tokugawa en 1736.

 

le japon shunga

Cette réforme est assez stricte, interdisant la fabrication de tout nouveau livre, sauf autorisation du commissaire de la ville. Par la suite, le shunga est entré dans la clandestinité, mais tout s’est aggravé lorsque la réforme Kansei (1798– 1801) a été adoptée. Elle mentionne que tout type de produit jugé comme perturbant le mode de vie, en plus des magazines haut de gamme, passait à l’examen.

De même, dans le cadre de la réforme Tenpō (introduite en 1842), tous les blocs d’impression d’œuvres littéraires sensuelles, ainsi que les shunga, sont parmi ceux qui sont confisqués. Cette période a marqué un changement politique important au Japon. Le gouvernement fédéral a commencé à censurer lourdement les idées occidentales, la pornographie et les ouvrages politiques importants pour l’empereur du Japon ainsi que pour le gouvernement fédéral. La censure s’est intensifiée à partir de ce moment-là, surtout lorsque le code pénal du Japon a été adopté en tant que règlement n° 45.

Dans le chapitre XXII crimes de blasphème, viol, et aussi bigamie, l’article 175 précise que :

” Un individu qui distribue, commercialise ou expose en public un fichier, un dessin ou tout autre objet obscène sera puni d’une peine de prison avec sursis ne dépassant pas 2 ans. Une amende ne dépassant pas 2 500 000 yens ou une petite amende. La même chose s’applique à une personne qui possède ces objets dans le but de les vendre.”

Actuellement, ce règlement a renforcé l’interdiction de posséder et de diffuser du matériel pornographique, notamment du hentai, et la situation ne fait qu’empirer.

 

images hentai cul femme
images hentai cul femme

Les oubliettes de la bataille du Pacifique

En 1928, certaines infractions à des règlements spécifiques étaient passibles d’exécution. Par la suite, le département de l’information et de la propagande a été élevé au rang de bureau des détails en 1940. L’année suivante, en raison de la panique déclenchée par la bataille, la modification du nouveau règlement de mobilisation a supprimé toute flexibilité pour la presse. Cela implique que personne ne peut distribuer ni offrir quoi que ce soit sans la permission ou l’autorisation du gouvernement ou de l’empereur. Chaque article doit être examiné par le gouvernement avant son lancement. Tout cela s’est produit en raison du stress engendré par la bataille du Pacifique ainsi que de toutes les tensions en Europe et dans le reste du monde.

La capitulation du Japon, révélée par l’empereur Hirohito le 15 août 1945, a été officialisée le 2 septembre 1945. Après la capitulation du Japon, le commandant suprême de toutes les nations alliées, le général Douglas MacArthur, a éliminé toute forme de censure et de liberté d’expression. Cela a également été appliqué rétroactivement à la constitution japonaise au chapitre III. Les droits et obligations juridiques des personnes, l’article 21 est le suivant

” La liberté d’établissement et d’organisation, ainsi que la liberté de parole, de presse et de tout autre type d’expression, sont garanties. Aucune censure ne sera maintenue, et la confidentialité de tout moyen de communication ne sera pas violée”. Néanmoins, la censure de la presse est restée une réalité dans la période d’après-guerre, en particulier pour les questions politiques. Mais à la suite de la constitution japonaise, l’ensemble de l’industrie des films X, ainsi que l’ensemble du show-business, ont pris un tournant extrême en raison des questions de censure.

 

Un nouveau départ

Après la guerre du Pacifique, les publications classées X et les publications de presse sont enfin libres de faire ce qu’elles veulent. Bien qu’il y ait encore des restrictions, il est bon qu’elles ne soient pas aussi rigoureuses que par le passé. Aujourd’hui, avec la Constitution dans le dos, la presse japonaise et l’industrie du divertissement se préparent à recommencer une fois de plus. Plus grande, bien meilleure et absolument plus établie que jamais. En raison de l’impact des photos pornographiques au 19e et au 20e siècle, les mangas de base de l’époque sont représentés par des personnalités apparemment réalistes. Mais Osamu Tezuka a défini l’aspect contemporain du manga avec son Astroboy, ainsi que divers autres travaux et a été annoncé plus tard comme le “Dieu du manga”. Actuellement, les thèmes adultes dans les mangas existent depuis les années 1940, mais certaines de ces représentations étaient beaucoup plus sensées que les personnages de dessins animés promus par Tezuka.

 

Le saut vers 1979

1979 est l’année du lancement de la série Cybelle d’Azuma Hideo. Cybelle d’Hideo a spécifié le marché du Hentai en étant l’une des raisons, ou peut-être même le facteur précis du changement de la BD pornographique japonaise. Des personnalités réalistes à celles des dessins animés. Grâce à sa Cybelle, une activité de manga pour adultes a commencé qui verra, plus tard, le boom du lolicon des années 1980 avec la montée en puissance de publications telles que les compilations “Lemon people” et aussi “Petit apple pie”. Les résultats de la mondialisation et aussi le Hentai
Avec le boom technologique des années 1980, résultat omniscient de la mondialisation rapide du monde entier et aussi avec la popularité soudaine des jeux vidéo d’arcade, des consoles de jeu et des ordinateurs de bureau. Le secteur des adultes n’a eu qu’à se développer en même temps que le monde. L’expansion du changement pour adultes des années 1980, communément appelé A/V (Adult Video), a permis de commercialiser davantage de clips vidéo, car de nombreuses familles japonaises possédaient au moins deux téléviseurs et un magnétoscope.

C’est en 1984 que la collection de l’anime Lolita est publiée. Elle est généralement identifiée comme le tout premier anime érotique (Hentai comme on l’appelle) et les premières adaptations de clips vidéo. La série d’anime Lolita est produite en raison du boom du lolicon des années 1980. C’est également en 1984 que débute la franchise d’œuvres Cream lemon. Dans l’ensemble, les magnétoscopes et les téléviseurs ont joué un rôle important dans le visionnage du hentai et d’autres matériels pornographiques à l’époque.

 

images hentai femmes

Parlons maintenant des jeux érotiques, généralement appelés “Eroge”.

Et avec l’essor du secteur des jeux vidéo est venu l’essor des ordinateurs de bureau. Alors que l’industrie informatique du Japon se battait pour trouver un système informatique requis avec des fabricants comme NEC, SHARP, et FUJITSU se complétant les uns les autres. La collection PC 98, bien que dépourvue de puissance de traitement, de lecteurs de CD et de graphiques limités, a fini par dominer le marché, l’attrait des eroge contribuant à son succès. Mentionner le premier eroge est subjectif, car il est difficile de reconnaître ce qui l’a précédé. En raison des définitions vagues de tout type d’eroge, nous devons nous fier à des classifications et à des significations différentes.

C’est à la fin des années 1980 que le marché des Doujinshi (œuvres auto-publiées) s’est élargi et on estime également qu’environ la moitié de son marché contient de la pornographie. Des problèmes de droits d’auteur tourmentent le marché, mais le marché des Doujinshi est un lieu commun où l’on peut commencer avant de se lancer dans une publication spécialisée. C’est également à la fin des années 1980 qu’a été réalisé l’un des anime sexuels les plus discutables. Urotsukidoji La Blue Girl est publié en 1989 par Toshio Maeda. Lorsque le film a été lancé aux États-Unis, on a dit qu’il était “truffé de scènes graphiques de sexe dépravé et d’ultra-violence”. Il a été carrément refusé par les “censeurs” du Royaume-Uni, qui en ont restreint la distribution.

 

Le devoir de la censure.

Avec l’augmentation du marché des films pour adultes au Japon depuis les années 1970, la censure a constamment joué un rôle important dans l’industrie. En effet, pour obtenir des revenus ou commercialiser vos travaux, vous devez survivre aux obscures réglementations de la censure au Japon. Commençons par la phase XXII, court article 175 du code pénal du Japon qui interdit le magazine de produits profanes. Les relations sexuelles masculines mais aussi féminines et les poils pubiens sont notamment considérés comme obscènes (c’est pourquoi la plupart des titres sont réalisés avec moins de détails physiques).

Néanmoins, en raison de la constitution japonaise (court article 21) qui permet une liberté totale d’expression et de presse, le code pénal n’est pas tout à fait respecté. Cependant, au fil du temps, l’interprétation de ces deux règlements a évolué, mais le plus récent va jusqu’à mettre une mosaïque électronique sur les organes génitaux.

Cela a donné lieu à d’importants magazines d’œuvres composées de robots, de bêtes, de tentacules… et ainsi de suite. dont les organes génitaux étaient extrêmement différents des organes génitaux humains, ce qui a permis de contourner les règles de censure. Ce sont ces lois qui ont rendu légales l’importation des premières œuvres hentai et qui ont été les premiers succès.

Aujourd’hui, le Hentai est une catégorie en pleine expansion qui mène la frontière du divertissement à domicile moderne et qui ne montre aucun signe d’abandon.

Avec un public large et varié qui exige une sélection de titres de plus en plus complète et des fétiches de plus en plus étranges, il n’est pas surprenant que le hentai ait fini par être quelque chose de plus que du matériel de “branlette”. Il a fini par devenir un marché.

  • Information
0 likes
0 vues
  • Top likes
  • Top vues