LAISSE ÇA, A-T-ELLE DIT.

3.59/5

Catégorie :

Chapitre : 1

Hier soir, Elise, ma moitié, est rentrée, comme prévu, exaspérée, d’un dîner de vacances avec son père et sa jeune et sévère moitié. En général, elle a besoin de parler pendant un moment pour se détendre, mais hier soir, elle ne voulait vraiment pas parler.

Elle s’est assise à la table de la cuisine avec moi et s’est énervée. “Elle s’est levée, m’a pris la souris et a réparé mon initiative maladroite de produire un mandala dans Adobe Illustrator.

Plus tard, alors que je garnissais mon lit, elle est sortie de la douche des toilettes, couverte de son épais peignoir en éponge blanche. Elle avait relevé ses cheveux. Son visage était frais et soigné, et elle souriait malicieusement. Elle a transformé son corps pour me rencontrer, a ri, a ouvert son peignoir, et là, à sa taille, se trouvait un minuscule dido rouge qui sortait de la bande de la ceinture qu’elle avait mise.

“En fait, ai-je dit, amusé, pensant qu’il s’agissait d’un spectacle audacieux mais plein d’entrain qu’elle n’avait pas l’intention de poursuivre.

Je dois dire que ma partenaire n’est pas du tout intéressée par le sexe rectal, à l’exception d’une chose savoureuse : de temps en temps, lorsque je la baise selon le modèle du missionnaire, elle se penche en arrière, écarte mes fesses et chuchote : “Que crois-tu qu’un taureau ferait s’il te soutenait aujourd’hui ?”.

Bien sûr, quand elle dit ça, je jouis en quelques secondes. Je n’ai jamais été un éjaculateur précoce jusqu’à ce que je devienne son cocu.

Elle s’est penchée sur le lit et a laissé tomber sa robe de chambre. Le vibrateur sortait de son pubis comme une petite érection rigide.

“Non, vraiment”, s’est-elle moquée. “Mets-toi par terre, à quatre pattes, et ouvre-toi pour moi.”

Les détails vont me manquer. Cela faisait plus de 3 ans qu’elle m’avait pénétré et ça m’a fait mal. Ça m’a vraiment fait mal. Avec la famille, les amis et les collègues de travail, ma femme est aussi douce qu’une biche. Malgré moi, elle est plutôt simple, sauf parfois, lorsqu’elle s’implique dans une fonction de maîtresse et que sa rudesse me surprend fréquemment.

Quand elle a eu fini, et qu’elle m’a dit que je ne jouirais pas, elle a enlevé le strap-on et l’a posé sur une petite chaise. Après avoir utilisé son vibromasseur pour jouir un certain nombre de fois et se préparer à se reposer, elle a dit : “Assurez-vous que vous avez placé le strap-on retour dans notre corps supérieur de jouets avant de se rendre au lit.”

J’ai eu le temps de prendre une douche, d’envoyer des courriels et de réaliser mon mandala sur Illustrator que je n’ai jamais terminé et je me suis endormi, sans me souvenir d’avoir rangé son gode comme elle me l’avait demandé.

Tôt le lendemain matin, alors qu’elle se rendait au travail et que j’étais encore au lit, j’ai reçu un message d’elle.

“Tu n’as jamais rangé le gode-ceinture. Ce n’est pas bien de la laisser reposer sur la chaise. Sylvia va nettoyer ta maison aujourd’hui.” (

J’ai répondu.

“Ce n’est pas un peu abusif ? Elle n’est pas impliquée dans nos voyages sexuels. La laisser de côté, c’est l’exploiter, l’utiliser.”

“Quel garçon prévenant tu es. J’ai dit de ne pas le faire. Alors, laisse tomber.”

En général, ma moitié méprise l’idée que notre jeu soit rendu public. Il se passait quelque chose. Elle avait certainement allumé un interrupteur qu’elle n’avait pas éteint. J’ai répondu par texto. “Oui, maîtresse.”

Je croyais être seul avec elle, mais Elise est revenue avant Sylvia.

Quand on s’est retrouvées toutes les trois dans la chambre à coucher. Ma moitié a jeté un coup d’oeil au gode sur la chaise, a grogné et a aussi hoché la tête vers le jouet.

“Je t’ai informé de ranger ça.”

J’ai soupiré. Elle était en train de s’amuser.

“Je sais…”

Avant que je puisse finir ma phrase, Elise s’est levée et m’a giflé.

“Vas-y, range-le !”

J’ai reculé. Elle ne m’avait jamais frappé. Jamais. Des éclats ont rempli mes yeux. J’ai purgé, faible, embarrassé, retiré. Je me sentais vraiment humilié.

Je pouvais l’entendre quand j’ai fermé le débarras après avoir rangé le strap-on.

“Je suis désolée, Sylvia. Mon mari ne peut pas adhérer à des instructions directes.”

Sylvia a souri d’un air méfiant, en oubliant.

Après qu’elle soit partie, j’ai demandé à Elise. “Qu’est-ce qu’il y a ? Tu as l’air d’être en fonction de maîtresse depuis que tu es rentrée hier soir.”

“Je l’ai fait”, a-t-elle affirmé. “En conduisant la maison, j’ai reconnu que le seul partenariat à long terme de mon père était celui où sa meilleure moitié dominait. C’était vrai aussi pour ma mère. Pendant 25 ans, ma mère a contrôlé son deuxième conjoint qui se serait certainement agenouillé à ses pieds tous les matins si elle l’avait demandé. J’ai compris que c’est ce qui va nous maintenir ensemble. Maintenant, penche-toi.”

Histoires similaires

Les genoux de virginie

Les genoux de Virginie 11 C’était décidé, la semaine prochaine, avant que le trimestre ne soit terminé, Virginie irait voir Madame de Boisdorée pour  lui

Les genoux de virginie

Un vendredi soir, Claire devais dormir chez Madeleine comme cela arrivait de temps en temps. Après le dîner, elles devaient se laver. Madeleine et Claire

Les genoux de virginie

Les genoux de Virginie 9 Virginie ouvrit doucement la porte et alluma la lumière. Le spectacle ravit d’aise les trois fesseuses. –      

  • Chapitres
  • Top likes
  • Top vues