JE SUIS UNE VILAINE FILLE !

4.13/5

Catégorie :

Tags : - - -

Chapitre : 1

L’idée de donner une fessée à une femme sur mes genoux était le sommet de mes désirs sexuels. Le problème, c’est que c’était avant l’arrivée d’Internet et que la fessée était rarement abordée. On en parlait au compte-gouttes, délicatement, à la télévision, dans les livres et de temps en temps dans les journaux. J’étais également au courant de l’existence de certaines publications spécialisées, mais j’étais bien trop refoulée pour les acquérir.

Elles étaient strictement réservées aux déviants et aux cinglés, c’est ce que l’on disait à l’époque, et je n’avais pas envie de passer la tête par-dessus le parapet. Cette énigme ne me posait pas vraiment de problème à l’époque, car j’étais bien plus préoccupé par le fait de m’envoyer en l’air. Je n’avais que vingt ans et j’étais encore très attiré par tout ce que je pouvais obtenir, du moment que c’était une fille.

Malheureusement, il n’y avait rien d’imminent cet été-là, à part une dame qui me voyait constamment quand je jouais au cricket. Elle s’appelait Jaune brunâtre, une petite femme sexy qui portait constamment le plus serré des jeans ainsi qu’un haut blanc lisse qui mettait en valeur ses piles lisses de taille modérée. Elle avait en fait des cheveux blonds courts brossés, des yeux bleus et une bouche très chaude qui mettait toutes sortes d’idées salaces dans mon esprit si je regardais aussi longtemps.

Deux soirs par semaine, après une longue marche pour rentrer chez moi après le travail, je faisais certainement dix miles à vélo jusqu’au terrain de cricket.

Comme il faisait si chaud à l’époque, je me promenais tranquillement dans la banlieue jusqu’à ma simple résidence. Évidemment, mon attention était constamment portée sur le sexe et la seule fille que je pouvais imaginer à l’époque était Amber.

Je rêvais de la façon dont elle recevrait ma queue dans un monde de rêve. Je serais certainement extrêmement dur, en érection et très populaire, dépassant de mon pantalon. J’ai toujours eu un malaise en rentrant chez moi en l’imaginant et cela se terminait toujours par le fait que je me jetais dans la douche après que mon pénis ait été en érection pendant une bonne partie de l’heure.

Le week-end suivant, j’ai rejoué au cricket et Amber m’a vu. Je me suis bien débrouillé et j’ai été applaudi à la sortie du terrain par la foule d’environ trente défenseurs. Alors que je reconnaissais les louanges, une jeune fille jaune brunâtre s’est approchée de moi et m’a demandé si elle pouvait prendre une photo avec moi. J’ai cru qu’il s’agissait d’une blague en raison des applaudissements que je recevais. Je l’ai prise dans mes bras et j’ai laissé son jeune frère Micheal prendre la photo.

Le jour suivant, nous jouions à nouveau et Amber était là pour me regarder. Le temps s’était dégradé et il faisait très froid. Amber était assise, recroquevillée et avait l’air d’avoir très froid. Je lui ai demandé si elle voulait prendre mon pull et ses yeux se sont éclaircis : “Oh, s’il te plaît”, a-t-elle ronronné.

J’ai pris mon tricot à la mode du moment dans la cabine d’essayage, je suis parti et je le lui ai donné. Comme nous devions nous rendre sur le terrain, je l’ai vue se diriger vers sa maison avec mon pull. “Pourquoi demander mon pull et ensuite aller chez elle ?” Je me suis demandé.

Quelques jours plus tard, en rentrant du travail, mes rêves de sexe avec Amber étaient plus forts que jamais. La plausibilité du sexe avec elle avait certainement un résultat, beaucoup de sorte que mon érection tendue était permeating pré-éjaculation dans mon pantalon.

Une fois de plus, j’ai pris une douche après avoir failli bouillir en route vers la maison et je me suis rapidement débarrassé de moi. Un peu plus tard, j’ai pédalé jusqu’au club et, pour la première fois, une femme jaune brunâtre est venue m’accueillir un soir de semaine. Je lui ai parlé avec une humiliation intérieure, car moins d’une heure auparavant, j’étais sous la douche en train de rêver d’elle sur le dos en train de se faire baiser très fort.

“Tu as mon pull ?” J’ai dit maladroitement en guise de conversation : “Oh, il est au pressing, je te le rendrai dès qu’il sera sec.”

Malgré ma gêne et le fait que j’avais tiré mon coup une heure auparavant, j’ai commencé à m’installer à nouveau.

“D’accord, tu me le rendras quand tu pourras après ça”, ai-je répondu allègrement, le gonflement de mon pantalon devenant évident pour tous. J’ai dû m’éloigner simplement au cas où quelqu’un ferait une remarque qui ferait sentir à Amber qu’il était vexé.

Le costume suivant est arrivé et j’ai attendu d’entrer dans la batte. Je me promenais nerveusement sur le bord du terrain en évaluant attentivement le match quand j’ai entendu “Bonjour !”.

Je me suis retourné et c’était jaune brun. Mes yeux sont sortis de leur orbite la toute première fois que je l’ai vue dans une jupe courte plissée bleue. Elle avait gardé son haut blanc moulant et lisse, mais elle avait maintenant inclus des talons noirs. Elle était magnifique et je me suis retrouvé avec la langue nouée.

“Hé là,” ai-je lâché en faisant de mon mieux pour empêcher mes yeux de s’égarer.

“Tu mets une jupe”, ai-je hésité, me réprimandant rapidement.

“J’aimerais avoir les jambes bronzées”, m’a-t-elle dit en posant la main sur sa hanche galbée.

J’étais stupéfait et, ne sachant que dire, j’ai demandé : “Tu as mon pull ?”

“Oh non, désolé.”

“C’est bon, je peux attendre,” j’ai garanti, “bien que je vais avoir froid quand le front froid arrivera !”

Jaune brunâtre m’a regardé d’un air perplexe et a déclaré : “Que puis-je dire, je suis une fille espiègle et j’ai besoin d’être punie !”

Dès que ses mots furent prononcés, un cri s’éleva du terrain de cricket. Ma mâchoire s’est contractée difficilement alors que je devais me préparer à entrer et à frapper.

“J’ai dû y aller”, ai-je balbutié alors qu’elle me regardait froidement dans les yeux et souriait.

Je me suis précipitée pour me préparer à la batte avec ses mots qui résonnaient bruyamment dans ma tête “Que puis-je dire, je suis une fille espiègle et j’ai besoin d’être pénalisée !”.

Même dans mon état d’esprit conservateur, j’ai compris qu’elle voulait un peu de plaisir sexuel et maintenant mes rêves deviennent plus plausibles que jamais. J’ai mis mes protections et, ensuite, j’ai commencé à mettre ma “protection” dans mon slip de sport. Cette ” protection ” était appelée ” boîte ” ou, pour les jeunes, ” protecteur de couilles “. Le problème que j’avais actuellement était que, grâce aux paroles d’Ambers, j’étais devenu extrêmement érigé ! Une telle érection rendait difficile la mise en place du paquet.

La dernière chose que je souhaitais était de frapper avec des gonades dangereuses. Il y a eu des histoires horribles de batteurs hospitalisés pour avoir des tuyaux de drainage de liquide pendant une semaine et certains ont même dû se faire enlever un testicule. Il n’y avait qu’une chose à faire, aller aux toilettes.

Je me suis promptement branlé, avec les mots de Jaune-Brunâtre dans la tête, “Que puis-je dire, je suis une vilaine femme et j’ai aussi besoin d’être pénalisée !” et j’ai rapidement tiré sur ma tête. Le désespoir de tout cela et le nettoyage de mes tripes des murs avec des tissus m’ont rapidement fait boiter et m’ont permis de placer mon équipement dans ma “garde” et de frapper en toute sécurité.

J’étais bientôt au centre de la batte et, avec une sphère de cricket difficile à entendre, j’ai pu rapidement me concentrer sur autre chose que le sexe. C’était jusqu’à ce qu’ils mettent les joueurs de spin spin plus lents avec leur bowling pas si dangereux.

J’ai vu Amber marcher autour de la limite, le vent ébouriffant sa jupe. Elle a détourné le regard un court instant, puis le vent a soulevé sa jupe, exposant brièvement un aperçu de sa culotte blanche. Elle s’est retournée et a baissé sa jupe par honte. Elle a regardé dans ma direction et s’est timidement retournée en espérant que je n’avais rien vu. Je me suis retourné, mais je ne pouvais pas défaire ce que j’avais vu et j’ai rapidement pris l’ascenseur une fois de plus ! Oh non ! Je peux sentir ma bite passer par-dessus le bord de ma coquille et mes balles éclater en dessous !

À chaque balle que le lanceur lançait, j’imaginais qu’elle frappait mes couilles et, en pensant davantage à la protection de mes gonades qu’à celle de mes moignons, j’étais bientôt sorti et retournais à la structure.

J’ai cherché Amber partout, mais je n’ai pas pu la trouver, et assez rapidement, nous avons été sur le terrain. Je me suis approché de la limite comme l’avait demandé le capitaine et j’ai attendu le tour de piste. J’ai entendu mon nom et je me suis retourné. Il était jaune brunâtre, debout dans les buissons sur le bord de la frontière.

J’ai dû détourner le regard et me concentrer sur le jeu vidéo. J’ai attendu une pause dans le jeu vidéo et j’ai essayé de lui parler, mais elle était partie.

La semaine suivante, je suis rentré du travail avec impatience. Le sexe avec Amber était à nouveau dans mon esprit et mon érection était aussi fameuse que jamais. Je suis arrivé à la maison et je suis entré dans la douche, mais cette fois, j’ai gardé mes mains loin de moi. Ce n’était pas une mince affaire, et la force du jet de la douche, qui éclaboussait durement ma tête violette, ne m’a pas aidé.

J’ai fait un tour de vélo gênant car ma fermeté rendait mon périnée dur et sensible lorsque je pédalais et me balançais sur ma selle mince.

Après une heure, je suis arrivé au sol et j’ai cherché Amber avec excitation. Je l’ai rapidement trouvée alors qu’elle parlait bruyamment avec son frère. Je ne sais pas à quel sujet ils se disputaient mais elle lui a instantanément donné un coup de genou dans les sphères. Il s’est retrouvé au sol en se tenant les couilles sans discontinuer en criant de détresse. Jaune-brunâtre a gloussé avant de me voir et s’est éloigné avec culpabilité, embarrassé d’avoir été pris dans un acte aussi répugnant.

Micheal est resté à terre pendant des heures alors que nous nous tenions au-dessus de lui. Il a roulé sur ses genoux et ensuite s’est lentement remis sur ses pieds. Il était en colère ainsi que dans les déchirures et m’a demandé, “Avez-vous besoin de savoir où est votre pull ?”

A ce moment-là, Amber s’est mise à stresser et a explosé en une bruyante boule d’expléments, s’efforçant d’empêcher son frère ou sa sœur brisé(e) d’être écouté(e). Je l’ai regardée en état de choc, ne pensant pas qu’elle était une jureuse, mais avec son mur de bruit, j’ai entendu sa sœur dire : “Elle s’allonge sur son lit en portant juste ton pull et ta culotte, et elle se frotte en regardant ta photo !”.

Amber a paniqué, le visage rouge de colère et de honte, elle a frappé son frère en pleurant et s’est enfuie, embarrassée, tandis que je me tenais debout et que je la regardais, en état de choc. J’ai regardé après elle en me sentant heureusement engourdi, une femme se masturbant sur une photo de moi !

J’ai aidé Michael qui marchait avec précaution, ressentant encore les résultats de son gonad bashing. “Tu vas bien ?” J’ai demandé sans faire attention parce qu’en fait j’étais plus curieux de la branlette de Jaune-brunâtre.

“C’est vrai ce que tu as dit ?”

Micheal a levé les yeux au ciel et a souri de sa gêne, “Oh oui, elle a définitivement le béguin pour toi !”.

Je rougis momentanément avant de retrouver mon calme. “Je me demanderais certainement pourquoi je n’ai pas vu mon pull.”

“Elle l’a utilisé tout le temps, en regardant la télévision, en mangeant le dîner et aussi le soir”, dit Micheal avec plaisir, la vengeance simplement sur les lèvres.

“Et tu sais aussi la fois où elle était ici en jupe ?”

“Oui.”

“Elle était dans les buissons, n’est-ce pas ?”

Les points commençaient à se succéder et je me sentais un peu naïf.

“C’était pour qu’elle puisse mettre sa main dans sa culotte en regardant ton derrière !”

“Mon derrière !”

“Ouais ! Je l’ai prise en flagrant délit !”

Ma tête est partie en vrille, c’était excessif à absorber. Une femme qui se masturbe devant une image de moi, qui porte mon pull-over et qui se tripote en public en regardant mon cul. C’était incroyablement unique.

En fin de journée, j’y suis allé et à ma grande joie, elle s’est mise toute seule avec mon pull.

“Bonjour”, ai-je reconnu, en essayant d’être aussi régulier que possible.

“Bonjour”, a-t-elle murmuré tout bas. J’étais humilié aussi, mais je devais dire quelque chose, alors j’ai dit : “J’ai entendu dire que tu as été une fille espiègle avec mon pull ?”. Elle s’est empressée de rougir : “Oui, et je mérite d’être punie !”

“Oui, tu le mérites.” Je me suis entendu dire.

“Si tu veux qu’on te le rende, viens chez moi demain à deux heures”, et sur ce, elle s’est enfuie.

Les jours suivants, ma tête était remplie de toutes sortes de rêves sexuels. Amber s’était mise sur un plateau et tout ce que j’avais à faire était de me montrer et de la manger. Chaque minute était remplie de mes rêves d’avilissement d’Amber, et j’ai eu du mal à le faire, à plus d’un titre.

Le moment était venu et je me reposais sur le canapé avec Jaune-Brunâtre en train de discuter. Je me demandais exactement comment j’allais faire mon action quand elle s’est levée et a quitté la pièce.

Je suis resté sur le canapé à me tourner les pouces en me maudissant de mon inertie. Que devais-je faire ? Puis j’ai entendu Amber appeler mon nom. Je suis entré dans le passage et j’ai entendu son appel téléphonique une fois de plus. Je me suis approché de la porte de sa chambre et j’ai frappé nerveusement. J’ai entendu un gloussement de l’intérieur de la chambre rapidement suivi par, “Peut être trouvé dans.”

J’ai ouvert la porte et elle était là, debout, les mains sur les hanches, portant mon pull. Un pull qui allait si peu et qui laissait entrevoir ses sous-vêtements en coton blanc. J’ai soupiré d’étonnement.

“Je suis une vilaine dame et je devrais être punie !” Elle s’est retenue de sa petite voix de femme perdue.

Ça y est ! “Et c’est ce que tu vas faire, vilaine fille.”

Elle était si séduisante dans mon pull blanc qui pendait et couvrait à peine sa chatte, car chaque mouvement qu’elle faisait donnait un rapide coup d’œil à son entrejambe couvert d’une culotte blanche. Je me suis reposé sur le lit et j’ai aussi légèrement touché mes genoux.

“Oui, tu es une vilaine dame et tu mérites d’être punie. Maintenant, surmonte mes genoux !”

Elle s’est lentement déplacée vers moi et s’est penchée en plaçant soigneusement ses mains sur mes jambes pour se placer de manière à présenter sa base mûre.

Elle s’est penchée et, instantanément, son pull s’est relevé, révélant sa culotte en coton qui s’étendait sur son magnifique cul de pêche.

Ses orteils et ses doigts touchaient rarement le sol alors qu’elle se secouait sur ma bite en train de se solidifier.

J’ai massé et aussi brossé ma main sur sa base en prenant son parfum avant de laisser ma main se perdre entre ses jambes. Je ne l’ai pas touchée, mais la visibilité de ma main l’a fait se tortiller, en la maintenant simplement là, ce qui a fait soupirer et se pâmer Brownish-yellow par anticipation. J’ai senti le sang faire gonfler ma bite et ma tête a commencé à se sentir vraiment étourdie.

J’ai écarté ma main entre ses jambes, ce qui a obligé ses jambes à s’écarter, ses jambes à s’étendre.

“Mlle Brownish-yellow, je vais certainement vous donner une fessée par série de six. Après chaque demi-douzaine, vous direz ‘merci Monsieur’, c’est bien compris ?

“Oui”, murmura-t-elle de sa tête basse.

“Non, non, non, c’est oui Monsieur, six des meilleures !

J’ai donné un grand coup sur ses fesses difficiles, ma main a rebondi alors qu’elle gémissait doucement. Je l’ai frappée plus fort à la sixième fessée, ce qui a provoqué un “Aïe !” sonore.

“Cette douleur !” a-t-elle sangloté.

“Mauvaise réponse !” et sur ce, je lui ai donné six autres fessées, Jaune-brunâtre couinait et se tordait sur mes genoux pendant tout ce temps.

“Actuellement, qu’est-ce que tu revendiques ?” J’ai exigé !

Elle a commencé à crier et à protester, mais je n’en avais rien à faire, je lui ai donné une nouvelle fessée !

“Oh !”

“Envoie !” J’ai exigé qu’on lui donne une nouvelle fessée. Elle s’est accrochée à son bras sans pouvoir s’échapper.

“Arrête ! Elle a grogné en donnant des coups de pied dans ses jambes et en se balançant sur mes genoux.

Soumets-toi !” J’ai pleuré plus fort en lui donnant une fessée plus difficile !

“D’accord, d’accord, d’accord ! Elle m’a supplié.

“Est-ce que tu vas accepter ta punition ?”

“Oui !

Fessée, fessée, fessée !” a fait claquer le son de son cul mûr.

“Désolé, oui Monsieur !”

“C’est mieux !”

“Maintenant ma petite fille, es-tu la propriétaire d’une paire de seins ?” J’ai demandé en balançant son corps étendu sur mes genoux.

“Quoi ?”

Une fessée !

“Aïe ! Désolé Monsieur, veuillez répéter la question.”

“Es-tu le propriétaire d’une paire de seins ?” Je soupire.

“Oui !”

Une fessée !

“Oui monsieur, désolé monsieur !”

“Donc vous avez des seins ?”

“Oui, monsieur !”

“Tu as aussi une chatte ?” J’ai demandé en levant ma main pour lui donner la fessée.

“Oui, Monsieur !” Elle a répondu docilement.

“Et as-tu aussi un numéro très sexy et aussi de charmantes jambes ?”

“Oui Monsieur !”

Ma respiration s’est intensifiée comme je l’ai entendu ses solutions de soumission, régulièrement doux toucher son cul de couverture culotte.

“Et quel effet tes seins, ta chatte et tes fesses ont-ils sur un homme ?”

“Je ne comprends pas, Monsieur.”

De nombreuses mains ont claqué et aussi craqué sur ses fesses. Elle a couiné et son corps s’est tendu sur le pivot de ma bite.

“Quel effet ont tes seins, ta chatte et tes fesses sur un homme ?” J’ai associé sévèrement.

“Ils le ravissent, Monsieur.”

“Oui, et comment sais-tu que tu l’excites ?” J’ai soulevé mon pénis dur en elle pour lui donner une idée.

“Sa bite devient dure, Monsieur.”

“Vraiment, et pourquoi son pénis devient-il dur ?”

“Parce qu’il est excité, Monsieur.”

Je lui ai rapidement donné trois fessées, ce qui l’a fait se tordre et grimacer en glapissant. Son corps se déplaçant sur ma dureté me rendait étourdi de satisfaction.

“Oh, mais Monsieur, c’était la bonne réponse la dernière fois”, a-t-elle répliqué.

Ma main s’est préparée à lui donner une fessée rapide et dure, mais la jouissance dans mes reins commençait à vaciller et le dernier point que je souhaitais était de jouir si tôt. Au lieu de cela, j’ai soigneusement peigné sa base en sentant vraiment le coton doux de sa culotte.

“Oui, tu l’as fait de manière appropriée, mais le problème est de savoir ce qu’ils ont l’intention de te faire une fois qu’ils seront durs.”

Il y a eu un silence de timidité et une fois de plus je me suis préparé à lui donner une fessée, mais après j’ai entendu une voix basse.

“Ils veulent me baiser, maître.”

“Désolé, qu’est-ce que c’était ?” J’ai demandé en connaissance de cause, voulant la faire se tortiller.

“Ils ont l’intention de me baiser, maître.” Elle a répété bruyamment me faisant sourire avec puissance.

“Et comment ils te baisent, jeune fille ?”

“Oh !” Amber s’est opposée à voix basse, ce qui m’a poussé à lui donner une nouvelle fessée.

“Comment ils te baisent ?” J’ai répété bruyamment, en levant à nouveau la main.

“En baisant ma chatte, monsieur, en baisant ma chatte !” Elle a rapidement déraillé, craignant ma main.

“Grande dame, encore.” Je me suis arrêté, laissant le stress grandir sous moi.

“Cependant quoi, Monsieur ?”

“Je vais quand même te donner une fessée !”

“Oh non !” Amber a objecté avant que je lui donne 6 fessées rythmiques assez dures pour la faire crier tout bas.

“Alors que se passe-t-il quand ils te baisent ?” J’ai demandé.

“Je jouis, maître.”

“Tu jouis ?” J’ai répété le temps d’acquisition, j’étais plus que choqué car je la tenais pour vierge dès le départ.

“Oui, monsieur.” Elle a répondu de manière honteuse alors que je cherchais une autre question.

“Quand tu jouis.” J’ai commencé alors que mon esprit tourbillonnait.

“Oui, Monsieur ?”

“Tu es bruyante, tu es bruyante quand tu jouis ?” J’ai bafouillé, mon esprit vagabondant de la fessée de sa base.

“Oui Monsieur, aussi fort Monsieur.” Elle a répondu de manière sexy.

“Informez-moi davantage ?” J’ai demandé en laissant ma main glisser entre ses jambes, ce qui lui a fait pousser un petit soupir de jeune fille.

“Je le chevauchais dans sa chambre avec ses parents en bas de l’escalier. Je me suis mise sur lui quand j’ai commencé à avoir un orgasme”. Elle a dit comme je l’ai senti le gousset de ses sous-vêtements trempés.

“Continue.” Je lui ai conseillé en effleurant délicatement son humidité.

“Je me suis fait embarquer et j’ai sangloté, alors il m’a giflé”, a-t-elle murmuré.

“Giflé ton visage, pourquoi ?”

“Il ne voulait pas que ses parents reconnaissent que nous étions, vous comprenez, à l’étage.”

Je savais que j’avais baissé ma garde et que j’avais plus l’intention de prêter attention à son récit que de lui donner une fessée. J’ai repris mon sang-froid et je l’ai fessée dès que j’ai pu ! Quand ma tête s’est brisée sur son cul, son corps s’est plié et elle a reculé.

“Qu’est-ce que tu faisais là-haut, dis-le moi ?” J’ai demandé approximativement en levant ma main une fois de plus.

“Putain, Monsieur, on baisait !” Elle m’a répondu rapidement.

“Excellente femme, alors pourquoi vous a-t-il giflé ?”

“Pour me faire taire, Monsieur.”

“Et ça a marché ?”

“Non, Monsieur, j’ai continué à me faire embarquer.”

“Quand ?” J’ai demandé en augmentant ma main de manière menaçante.

“Chaque fois qu’on baisait, Monsieur.”

Je m’étais trompé sur la couleur jaune brunâtre, je croyais qu’elle était une vierge perverse alors qu’elle était tout sauf ça. Je pensais qu’elle était beaucoup plus douée que moi, mais je n’avais pas l’intention de m’arrêter, pas avec un jeune cul mûr pour la baise juste sous mon nez.

J’étais toujours intéressé de connaître sa vie sexuelle et je me demandais comment ils s’y prenaient pour faire face à ses cris orgasmiques, croyant que son petit ami avait adopté un autre système que la gifle pour la faire taire.

“Donc je suppose qu’il a pressé ta culotte dans ta bouche pour te garder tranquille ?” J’ai présumé.

“Non maître, voulez-vous mettre ma culotte dans ma bouche maître ?” Jaune brunâtre a recommandé.

“C’est à moi de prendre la décision”, lui ai-je dit en lui donnant trois fessées pour son impertinence, tout en lui disant que c’était un excellent concept.

Le corps d’Amber s’est raidi une fois de plus à cause de ses dernières fessées, puis s’est progressivement déroulé sur mes genoux.

“Alors comment avez-vous fait pour contourner votre volume pendant qu’il vous baisait la tête ?” J’ai interrogé, la rabaissant cruellement avec une analyse bleue de ce qu’elle faisait.

“Il a attendu jusqu’à ce que ses parents soient dans la cour et après cela m’a penché devant la fenêtre afin qu’il puisse les voir et me faire en même temps.”

Je me suis mis à désirer sans penser à ce que j’avais entendu : “Il l’a penchée devant la fenêtre de la maison pour être sûr de voir ses parents et de ne pas être entendu !”. Impressionnant !

“Tu vois ce garçon maintenant ?”

“Non maître, elle m’a encore giflé et je lui ai donné un bon coup de genou dans le dos, je n’ai pas vraiment attendu qu’il se relève”, a-t-elle répondu nonchalamment. Amber avait définitivement un goût prononcé pour les sphères endommagées. C’est comme si elle s’était exercée sur son frère Michael avant de laisser tomber son partenaire.

J’ai senti que je perdais le contrôle sur elle et je lui ai rapidement donné six fessées.

“Oh Monsieur !” a-t-elle sangloté, “c’était pour quoi faire ?”

“Pour te permettre de reconnaître qui est l’employeur ainsi que pour avoir endommagé les sphères d’un enfant.” Je l’ai réprimandée.

Histoires similaires

Les genoux de virginie

Les genoux de Virginie 11 C’était décidé, la semaine prochaine, avant que le trimestre ne soit terminé, Virginie irait voir Madame de Boisdorée pour  lui

Les genoux de virginie

Un vendredi soir, Claire devais dormir chez Madeleine comme cela arrivait de temps en temps. Après le dîner, elles devaient se laver. Madeleine et Claire

Les genoux de virginie

Les genoux de Virginie 9 Virginie ouvrit doucement la porte et alluma la lumière. Le spectacle ravit d’aise les trois fesseuses. –      

  • Chapitres
  • Top likes
  • Top vues