JE SUIS UNE VILAINE FILLE !

4.13/5

Catégorie :

Tags : - -

Chapitre : 2

“Alors quand il vous a baisé, comment ça s’est terminé ?”

“Il a joui, Monsieur ?”

“Où ?”

“Monsieur ?”

Je lui ai donné une nouvelle fessée, la faisant se tordre de douleur et glapir une fois de plus à chaque fessée.

“Où est-ce qu’il a joui ?”

“Dans ma chatte, monsieur !”

“Et aussi ?”

“Monsieur, non désolé !”

Je lui ai donné une nouvelle fessée !

“Où d’autre a-t-il joui ?”

“Dans ma bouche, Monsieur !”

“Où d’autre ?”

“Sur mes seins, Monsieur !”

“Et aussi ?”

“Sur mon cul, monsieur !”

“Et aussi ?” J’ai demandé en levant ma main.

“Pas ailleurs, Monsieur !” Elle m’a supplié, “pas ailleurs, je m’en porte garant.”

Je me suis arrêté un moment, puis j’ai pris la voix d’un juge sérieux.

“Jaune-brun, vous avez plaidé coupable d’avoir été en possession de seins, de fesses, d’un numéro chaud et d’une chatte ?”

“Oui, Monsieur.”

“Et vous avez utilisé ces biens pour provoquer des érections chez les hommes ?”

“Oui, Monsieur.”

“Vous avez ensuite permis à ces hommes de baiser votre chatte, déclenchant leur éjaculation et la perte de leur sperme, liquide séminal, qui aurait pu être utilisé à des fins de procréation.”

“Oui, Monsieur.”

“Vous êtes donc accusé du massacre gratuit de milliards de spermatozoïdes et de la fatigue de la force psychique de nombreux hommes. Que plaidez-vous ?”

“Coupable, Monsieur.”

“Jaune brunâtre, pour cette trahison et cette malveillance, vous recevrez une fessée jusqu’à ce que vos fesses soient rouges à vif. Préparez le détenu.”

Sur ce, j’ai attrapé sa culotte par son gousset saturé et je l’ai tirée vers le bas. Je l’ai fait basculer de façon à ce que sa tête heurte le sol pour que je puisse tirer sa culotte jusqu’à ses genoux et ensuite sur ses pieds. J’ai ramené son corps sur mes genoux avant de lui commander la tête et de mettre sa culotte dans sa bouche. J’ai caressé ses fesses nues et lisses et ensuite j’ai écarté ses fesses pour les évaluer afin de les humilier. J’ai regardé son charmant petit poisson étoilé de près pour qu’elle puisse sentir mon souffle.

“Tu es sûre que ce cul n’a pas été traversé et qu’il n’a pas eu d’orgasme ?” J’ai demandé en diable. J’ai écouté les supplications étouffées d’Amber et j’ai ri. J’ai fessé son cul nu pour la toute première fois et elle s’est levée et a rejeté la douleur. “Désolé, qu’est-ce que c’était ? Je n’ai pas pu t’entendre”, j’ai plaisanté et lui ai aussi mis une nouvelle fessée ! Cette fois-ci, elle s’est tortillée plus longtemps et il était évident qu’en dépit du fait que sa culotte blanche en coton était très fine et délicate, elle avait utilisé un peu de sécurité pour mes fessées. J’avais besoin de pouvoir juger mes coups et j’ai donc retiré sa culotte de sa bouche. “Merci, Monsieur.” Ne me remerciez pas, je ne fais que commencer !”

J’ai commencé à lui donner des fessées en alternance, aussi fortes qu’avant, mais un peu plus lentement pour laisser la douleur diminuer un peu avant de revenir avec un nouveau cri de punition ! Elle sanglotait, le son de chaque claque brûlante et piquante résonnant dans toute la zone, tandis que je m’occupais joyeusement de mon travail.J’ai continué à aller de joue en joue, en expérimentant avec mes mains en coupe pour entendre les meilleurs bruits que je pouvais obtenir de son cul rougissant.

J’ai commencé à frapper sur la fracture de son cul car mon bras était fatigué par cet assaut constant. Amber pleurait toujours. Ses jambes se balancent, sa voix sanglote encore plus si je l’attrape bien. Quand un coup la frappait sur place, il y avait un bruit merveilleux sur

ses fesses et un sérieux supplémentaire dans ses sanglots alors que son aine poussait fort sur ma bite dure, me faisant plaisir dans sa pression. Je lui ai fait entendre trois cris durs avant de me laisser tomber sur son corps usé. J’ai examiné sa belle base de près et j’ai découvert que ses jambes s’étaient rapprochées. “Ai-je prétendu que vous pouviez placer vos jambes l’une avec l’autre ?””

Non, Monsieur”, elle a gazouillé, se débattant de son tourment et a ensuite rapidement ouvert ses jambes.j’ai gloussé en caressant son cul rouge et nu et je n’ai pas pu m’empêcher de regarder.

Ma main est descendue entre ses jambes et mon index a facilement pénétré dans sa moiteur. Oh ! elle s’est opposée dans son humiliation, ce qui m’a fait sourire encore plus. J’ai progressivement baisé avec les doigts, étonné de voir à quel point elle était humide. J’ai rapidement présenté un doigt supplémentaire et augmenté le rythme. Elle a soupiré de reconnaissance et sa tête s’est baissée par abandon.

. Pourtant mes doigts ont commodément fait des allers-retours, commodément suffisants pour que j’introduise un troisième doigt.

Ambe a poussé un gros gémissement, trois doigts l’ont bien chargée, élargissant suffisamment sa chatte pour qu’elle ait besoin de s’étirer ! Je suis entré et sorti progressivement, mais j’ai rapidement ressenti le besoin de retourner lui donner une excellente fessée.Je me suis redressé avec mes doigts toujours installés dans sa chatte.

J’avais besoin de changer Jaune-brun sur mes genoux ainsi que d’avoir une idée malicieuse. J’ai pris les devants et j’ai aussi placé ma bouche sur mon pouce, le lubrifiant avec ma salive.” Je suis actuellement en train de te choisir comme une sphère de bowling à dix quilles ! J’ai présenté joyeusement ainsi qu’avec cela j’ai mis mon pouce dans son cul faisant couiner brun-jaune avec indignité.” Pas là ! S’il te plaît !” C’était trop tard, mon pouce était en plein dans son cul. J’ai amené mon pouce ainsi que mes doigts l’un avec l’autre en elle et j’ai aussi tiré son cul vers le haut. J’avais l’intention d’essayer quelque chose de différent, alors mon bras gauche est passé au-dessus de son corps, puis en dessous pour saisir les poils de son vagin.

quand ma main a pris une prise ferme. Je me suis moqué de mon impitoyabilité et j’ai commencé à lui donner une nouvelle fessée sur son cul rougeoyant… ” Oh s’il te plaît ! J’ai tellement mal qu’elle a objecté, son corps se contractant mais maintenu

J’ai donné la fessée en appréciant l’empreinte de ma main qui était d’un cramoisi profond et qui s’effaçait ensuite progressivement vers le rouge moins dur de la couleur générale de ses fesses. J’en avais fini avec le jeu vidéo des “oui Monsieur”, “merci Monsieur”, je me délectais à lui donner des fessées et à la faire se tortiller sur mes genoux durs. Amber criait à chaque coup, chaque fessée faisant trembler son corps comme s’il était déclenché par une décharge électrique. Ma main

J’ai choisi de faire des coups bas, ma main arrivant à une trajectoire réduite et frappant son cul juste au-dessus de sa chatte ! Comme elle a crié quand j’ai touché de la chair fraîche et comme j’ai remarqué son anxiété quand ma main a frappé juste au-dessus de sa chatte soumise… “Les jambes s’écartent !” ai-je demandé en veillant à ce qu’elle ne puisse pas m’empêcher de fesser son vagin si je le voulais. Elle s’est empressée d’obtempérer et d’écarter les jambes. “Plus large !” J’ai demandé une fessée plus forte pour faire passer mon message. Elle a de nouveau écarté les jambes. “Plus large !” J’ai exigé sans raison.

encore une fois, je frappais fort sur son cul qui se blessait progressivement. “Mais Monsieur !” J’ai crié “Plus large” et une fois de plus Amber a essayé d’écarter ses jambes au maximum. J’ai gloussé en levant le nez sur son corps allongé et humilié, ses fesses rayonnaient favorablement alors que ma main s’écrasait sur elle encore et encore.

J’ai été emporté, mon esprit dans une rêverie, mon pénis vacillant sur le point d’exploser. Je désirais encore plus d’elle et il n’y avait qu’un seul endroit où aller, ses seins ! Je me suis penché vers l’avant et j’ai laissé ma main passer sous son pull-over vers ses solides seins.

nichons. J’en ai saisi une bonne poignée anglaise et l’ai pressée avec délectation.

doigts se sont enfoncés rapidement jusqu’à ses glandes. J’en voulais encore plus ! Je voulais les sucer. Mon pénis et mes sphères étaient douloureusement durs et j’ai dû ouvrir mes jambes, car elles étaient un peu mal à l’aise dans les liens de mon pantalon serré.

L’air s’est évaporé de mon corps alors que la douleur engourdissante et écoeurante de mes testicules écrasés m’a courbé en deux.Amber a gloussé et a roulé de mes jambes sur le sol alors que la douleur de mes testicules prenait une toute autre ampleur.

alors que ma douleur testiculaire prenait le dessus sur mon être. Elle m’avait paralysé avec le plus cruel des coups et je me tenais sans honte les couilles en essayant de ne pas vomir.

Je me suis effondré et je suis tombé sur le sol, roulé en boule, tandis qu’Amber se glissait dans son slip gonflé.” J’ai toujours voulu te fendre la rondelle”, a-t-elle gloussé en posant triomphalement un pied sur ma tête.J’ai gémi en guise de réponse, ne pensant à rien d’autre qu’à la fin du monde.Le temps a passé comme sur des béquilles alors que mes rondelles palpitantes se rétablissaient progressivement.J’ai pris soin de me caler contre le lit avec mes mains toujours en contact avec le sol.

contre le lit avec mes mains toujours sur mes gonades. J’ai vu Amber, qui riait encore de temps en temps, se tenir en face de moi.

Je n’ai pas été contrarié, comment aurais-je pu l’être exactement ? Je n’étais pas contrarié, comment aurais-je pu l’être ? J’avais passé une éternité à lui donner des coups de pagaie sur son cul bleu, ainsi qu’à la tripoter et à la tripoter pour faire bonne mesure. Non, il n’y aurait certainement pas de vengeance, même si mes rondelles étaient encore palpitantes. Comme je récupérais une chaleur a connu mon corps ainsi que remarquablement j’ai senti ma bite obtenir érigé.Je me suis pressé à mes pieds et Brownish-jaune nerveusement considéré moi.

me considéraient nerveusement. J’ai rapidement baissé mon pantalon et mon slip et j’ai dévoilé mon érection palpitante. Elle a regardé mon pénis pendant un certain temps, puis m’a considéré. “J’ai été espiègle ?” “Oui !” J’ai crié, je lui ai donné un ordre et

et l’ai jetée sur le lit. J’ai écarté ses jambes par les genoux et j’ai arraché sa culotte. J’ai ensuite placé ma bite sur sa chatte ! “Préparez-vous à être pénalisé ! “J’ai dit ainsi que déplacé à droite environ les boules ! “Oh ! “elle a ronronné “Je suis une femme si turbulente ainsi que le besoin d’être puni ! “

Histoires similaires

Les genoux de virginie

Les genoux de Virginie 11 C’était décidé, la semaine prochaine, avant que le trimestre ne soit terminé, Virginie irait voir Madame de Boisdorée pour  lui

Les genoux de virginie

Un vendredi soir, Claire devais dormir chez Madeleine comme cela arrivait de temps en temps. Après le dîner, elles devaient se laver. Madeleine et Claire

Les genoux de virginie

Les genoux de Virginie 9 Virginie ouvrit doucement la porte et alluma la lumière. Le spectacle ravit d’aise les trois fesseuses. –      

  • Chapitres
  • Top likes
  • Top vues